La Diagonale a déménagé ! Trouvez-nous sur

08 août 2011

Ces films qui nous terrifiaient

Commis par La Fille


Rappelez-vous combien, petits, nous étions déchirés entre la terreur et la curiosité lorsque s'offrait à nous la possibilité de regarder un film qui nous avait été interdit parce que trop effrayant, dégueulasse, traumatisant; bref un film du type cen'estpasdetonâge. Il suffisait que les parents de notre meilleur ami soient plus laxistes cinématographiquement parlant ou alors que la gardienne s'endorme devant la télé pour que, soudain, un monde d'interdits s'ouvre à nous.

Et alors, que faisions-nous? Nous regardions-le film, derrière notre oreiller (ou derrière les sièges passagers, si nous avions la malchance de nous trouver au cinéparc), jetant un coup d'oeil ici et là, lorsque la musique d'ambiance laissait savoir que le danger était écarté.

Ou alors, si nous étions en pyjama dans le sous-sol effrayant du voisin, nous n'avions pas le choix: il fallait ouvrir grand les yeux et être brave. Notre honneur était en jeu.

Hier, pour la première fois, j'ai écouté The Silence of the Lambs. Toute mon enfance (et mon adolescence, finalement!) j'ai fui ce film. J'en avais si peur que pour rien au monde je ne l'aurais écouté. J'étais convaincue que si je voyais ce film, je mourrais. Le plus absurde, dans tout ça, c'est que, pendant longtemps, je ne savais même pas de quoi traitait le film. J'avais simplement entendu dire que c'était effrayant, très effrayant. Le discours ambiant avait suffi à me traumatiser.

Vous vous rendez compte de la force qu'il a, le discours? Exit les grands discours endoctrinants, les sermons de prêtres, la publicité, les pick-up lines, les textes pamphlétaires: le langage qui a le plus agi sur moi, dans toute ma vie, ces celui dont usaient mes amis, dans la cours d'école, avec leur résumé terrifiant du film.

Durant mon visionnement du film, je suis passée par une batterie d'émotion: de l'amusement devant la gueule toute jeune de Foster, de la tendresse - troublante - pour Hopkins, du stress - c'est quand même un thriller, non mais! -, mais jamais de la peur - et pourtant je suis une poule mouillée cinématographique. Alors, en fermant la télé, je me suis sentie un peu stupide: toute cette terreur pour ça?

Or, j'ai été vite rassurée: je ne devais pas être la seule. N'est-ce pas le propre de l'enfance, d'avoir peur mais de vouloir tester les limites de ses peurs?

Alors je vous ai demandé quelles étaient les vôtres. Vous avez répondu plus que je l'espérais. Sans doute parce que, tous, nous traînons toujours notre vieille peur et que l'on redoute quand même un peu, au fond, de la voir se pointer au milieu de la nuit: un extraterrestre, une araignée, un masque de gardien de but, une poupée pas trop mignonne...

Voici donc mon classement personnel, fait avec toutes vos merveilleuses suggestions. Allez, on s'écoute un petit film, ce week-end, question de combattre nos traumatismes enfantins?

Les plus "À-t-on idée un film pour enfants aussi effrayant!!??"

4- Oliver Twist (mention particulière à la version musicale de 1968)
3- Hocus Pocus (Kenny Ortega, 1993)
2- E.T (Steven Spielberg, 1982)
1- The Nightmare before Christmas (Henry Selick, 1993)


Les "Moi j'en ai encore peur... je ne regarde pas ça"

5-Evil Dead (Sam Raimi, 1981)
4- It (Tommy Lee Wallace, 1990)
3- The Children of the Corn (Fritz Kiersch, 1984)
2- Misery (Rob Reiner, 1990)
1- Poltergeist (Tobe Hooper, 1982)

Les "Les grosses bébêttes, ça fait peur"

5- Le pacte des loups (Christophe Gans, 2001)
4- Planet of the Apes (Franklin J. Schaffner, 1968)
3- The Birds (Alfred Hitchcock, 1963)
2- Beetlejuice (Tim Burton , 1988)
1- Jurassic Park (Steven Spielberg, 1993)

Les plus populaires:

4-Aliens (Cameron, 1986) / Jaws (Spielberg, 1975) / The Silence of the Lambs (Demme, 1991)
3- The Exorcist (William Friedkin, 1973)
2-Chucky (Tom Holland, 1988)
1- Gremlins (Joe Dante, 1984)


Le plus "What de fuck"

1- Le lion des films MGM

Les "j'arrive pas à les classer"

The Phantom of the Paradise (Brian de Palma, 1974)
The Witches (Nicolas Roeg, 1990)
The Mask (Chuck Russel, 1994)

5 commentaires:

Catherine a dit…

C'est drôle parce que moi aussi cette année j'ai vu pour la première fois The Silence of the Lambs parce que j'avais beaucoup trop peur de ce qui m'avait été raconté. Pourtant, quand j'étais ado, j'écoutais pas mal de films d'horreur et j'étais une fan de l'émission X-Files.

Donc, quand j'ai vu ce film, j'ai découvert que ce n'était vraiment pas si pire que ça, encore mieux : c'est un excellent thriller!

Par contre, le film que je n'ose toujours pas voir c'est The Exorcist. J'ai trop peur d'avoir peur...

La Fille a dit…

Bizarrement, XFiles ne me faisait pas peur.

Mais The Exorcist... j'y ai survécu. Mais je conseille un visionnement bien entouré.

:)

rachel a dit…

Enfant, je pensais vraiment que The Birds était basé sur un événement réel. J'avais pas peur du film - c'était comme écouter un documentaire sur un animal dangereux -, mais j'avais vraiment peur quand je voyais un groupe de plus que 10 ou 20 oiseaux ensemble, par exemple. Hummm... j'étais une enfant moins intelligente que ce dont je me souvenais.

La Fille a dit…

Ou alors une enfant normale...? Personnellement, j'étais terrifiée par Bigfoot et donc par tous les gorilles!

Blogger a dit…

Whether your prime concern is variety or taste, Vaporfi is will fill your vaping needs.

With vape juices that comes from food-grade ingredients, their vaping flavors are amazingly smooth and consistent.